La psychanalyse en UML

« La psychanalyse décrite en UML » est un livre de dessins, s’inscrivant dans une prolongation logique de la démarche initialisée par Lacan avec les mathèmes.
Couverture du livre « La psychanalyse décrite en UML »
Le livre s’appuie de manière formelle sur le langage UML, afin de construire pas à pas un modèle descriptif du système psychique en termes d’éléments, de relations et d’opérations.

La modélisation graphique constitue l’originalité de cette approche, car elle permet d’appréhender visuellement les concepts de Lacan. Mais aussi, par la même occasion, elle fournit les bases d’une réflexion théorique rigoureuse trouvant son application directe dans la pratique clinique.

L’objet de la psychanalyse, ainsi que le montre ici l’énonciation, se fonde à partir des relations entre ces trois éléments : le sujet barré, l’objet petit a, et le signifiant.

Le fil directeur de cette réflexion est la notion de division signifiante telle que l’enseigne Lacan. Il ne s’agit pas d’une division vertueuse entre bien et mal ou entre bon et mauvais, mais d’un processus de l’arithmétique entière qui institue une barre entre une valeur d’échange et une valeur d’usage, entre l’énonciation et l’énoncé, entre le savoir et la vérité, c’est-à-dire simplement entre le sujet barré et l’objet petit a.
Cette barre, c’est le mur du langage ainsi que le montre le diagramme de couverture du livre.

Schéma UML du mur du langage

Le sujet humain ne peut pas échapper au langage, qui est inné chez l'homme et qui lui procure l'accès à des représentants que sont les signifiants. L'homme baigne dans le langage, c'est ce qui le divise (la division est un processus du langage) entre un "sujet barré" dans le symbolique, et un reste, le réel du corps. Le sujet barré ex-iste en dehors, via les signifiants qui le représentent envers d'autres signifiants dans l'univers du langage. Mais le sujet barré échoue toujours dans son désir d'accéder au réel via le langage. C'est pourquoi il répète récursivement cette division en l'appliquant au reste réel (l'objet petit a) et en obtenant à chaque étape un nouveau reste réel inaccessible.

En apportant une approche originale sur la théorie de Lacan, ce livre a pour but d’être le point de départ de nouvelles discussions, de commentaires, de remarques…

Publicités

6 Réponses to “La psychanalyse en UML”

  1. lamareille Says:

    Dans le séminaire 14, séance du 26 Avril 1967, Lacan le redit encore: « L’objet petit a est un produit, produit de l’opération du langage ». Et il le redira encore jusqu’au séminaire « Encore », et encore après.
    Comment ne pas être accroché par cette litanie du discours de Lacan: l’opération du langage divise le sujet en lui permettant d’être représenté par des signifiants…privilège fabuleux du sujet humain, sauf que la barre n’arrête pas de séparer le signifiant du corps qui reste dans le réel.

  2. polynice Says:

    Qu’est-ce que le symbolique?
    C’est la manipulation opératoire des éléments (les signifiants) avec les opérations de la structure d’ensemble qui les contient (le langage).
    Le symbolique, c’est toutes les activités humaines de la science à la propagande (voir p227), c’est aussi bien le mensonge que la vérité (voir p143).
    En fait, bien que le symbolique soit de dimension infinie (la chaîne signifiante peut indéfiniment se prolonger), le rôle du symbolique se situe dans le dénombrable (voir p218), c’est-à-dire ce qui résulte de la coupure.
    Quant au réel, nous n’en savons que ce que dit le symbolique. C’est pourquoi ce que nous savons a des chances d’être fini comme la taille de la planète et la limite des ressources:
    http://lecafepolitique.free.fr/spip.php?rubrique82

  3. polynice Says:

    Intelligence et langage

    L’enseignement de Lacan prend soin d’éviter une superposition élémentaire entre les notions d’intelligence et de langage (voir figure 7.5).
    D’un côté, la notion d’intelligence désigne un ensemble de fonctions de type non verbal.
    Comme l’instinct qui en est une instanciation, elle pourrait être comparée à un processus câblé capable de répondre très rapidement à des stimulations perceptives. Elle procure la capacité à se mouvoir dans l’imaginaire, qui est commune à l’être humain et aux autres êtres vivants.
    D’un autre côté, le langage spécifie la capacité de représentation dans l’ordre symbolique, qui est un fait propre à l’être humain.
    Par conséquent, le langage ne se confond pas avec l’intelligence — il est à côté. En outre, lorsqu’il interfère avec les processus instinctifs de l’intelligence, le langage a le plus souvent toutes les chances de perturber localement leur efficacité.
    Toutefois, en ayant le langage et l’intelligence, le sujet humain bénéficie largement de son aptitude à établir des associations privilégiées entre les deux. Même si le langage n’est pas l’instrument de l’intelligence, c’est l’intelligence qui permet de manier rapidement et brillamment les éléments du langage. Cela s’appelle par exemple la vivacité d’esprit.
    Réciproquement, le langage sert de fondation aux capacités d’apprentissage et procure ainsi à l’être humain la faculté de multiplier globalement les effets de l’intelligence.
    En tout cas, pour Lacan, le privilège de l’intellectuel est la maîtrise du langage — et c’est une forme spécifique de l’intelligence.
    « L’intelligence doit être prise au niveau des animaux…pour ce qui est de l’intelligence, où est le degré de plus que l’homme atteint? Il y a un degré de plus… tout le reste de ce que nous plaçons dans ce domaine de l’intelligence et nommément ce qui a abouti à notre science est l’effet de ce rapport, de cette prise dans quelque chose que j’appelle le signifiant dont la portée, dont la fonction, dont la combinaison dépasse dans ses résultats ce que le sujet qui le manie peut en prévoir. » (Séminaire 13, séance du 05/01/1966)

  4. gavédani Says:

    Bonjour,

    Je viens de prendre connaissance de votre livre sur le net. Je vous félicite. C’est la première fois que je trouve un écrit sur la psychanalyse assez claire à comprendre !
    Je voulais savoir comment je pourrai avoir accès à une version papier ou électronique de votre livre, puisqu’il ne se vend pas apparamment dans les magasins?

    Merci devance pour votre réponse.

    Mme Gavédani

  5. psyuml Says:

    En effet, le livre était en vente directe, ce qui n’était pas très commode.
    Il est maintenant référencé auprès des libraires.
    Par ailleurs, une version numérique sera bientôt disponible (avec un autre titre) sur Amazon Kindle.

    • gavédani Says:

      Merci pour la réponse.
      Oui, effectivement, je me suis rendu compte après que je pouvais le commander auprès d’Amzon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s